Effrayant : Mauvaise nouvelle pour les amateurs de sushi

1323

Appréciés par certains et boudés par d’autres, les sushis sont une spécialité japonaise qui a le vent en poupe ces dernières années. Considérés comme ayant une valeur nutritionnelle importante, les sushis ne sont toutefois pas sans danger pour la santé. En effet, ces derniers peuvent être la cause d’une sérieuse infection.

Souvent constitués de riz et de poissons crus, les sushis sont devenus de plus en plus populaires dernièrement. Mais cette spécialité qui nous vient tout droit du Japon, peut représenter un danger pour la santé.


En effet, les sushis peuvent être à l’origine d’infections parasitaires. Rappelons que le poisson cru peut contenir des parasites ou des vers qui peuvent s’installer dans le corps humain, une fois consommés et provoquer des infections notamment l’anisakiase.

Qu’est-ce que l’anisakiase ?
L’anisakiase est une parasitose causée par la consommation de poissons crus infectés par des anisakis, un type de nématodes parasites. Cette infection est surtout populaire au Japon, où la consommation des sushis est beaucoup plus importante, mais aussi aux Pays-Bas, à cause de la consommation de harengs conservés ainsi qu’en Espagne en raison de la consommation d’anchois crus ou marinés.

 

Un cas récent :
Dernièrement, cette infection touche aussi d’autres pays, notamment à cause de la popularité des plats à base de poissons crus. Parmi les incidents les plus récents, l’infection d’un portugais de 32 ans, qui a présenté des signes d’infection après avoir mangé un morceau de poisson cru dans un restaurant japonais. Le patient souffrait de douleurs sévères au niveau des intestins, de vomissements ainsi que de la fièvre, une semaine avant d’aller à l’hôpital.
Une fois admis à l’hôpital Egas Monis à Lisbonne au Portugal, les examens physiques ont démontré une fragilité de l’abdomen, alors que les résultats du laboratoire ont montré une augmentation du taux de cellules blanches, qui représente un signe typique des infections.

Après la consultation, le patient a affirmé avoir mangé des sushis. Les médecins se sont ainsi basés sur cette information pour poser le diagnostic et ont effectué une fibroscopie gastro-intestinale. Cet examen a démontré l’inflammation de la membrane intestinale sur laquelle était accroché un parasite.

Les médecins ont immédiatement enlevé le parasite, qui s’est ensuite avéré être un anisakis. Juste après l’opération, le patient se portait déjà mieux et les symptômes dont il souffrait ont disparu.
Il est ainsi important de faire attention aux aliments que nous consommons, car même s’ils paraissent sains ils peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. Outre, les troubles digestifs qu’elle provoque, l’anisakiase peut aussi causer un choc anaphylactique, dans des cas plus rares, un rythme cardiaque irrégulier et une difficulté de respirer qui peuvent être fatales.

Il est aussi important que les médecins considèrent un éventuel cas d’anisakiase quand le patient présente ce type de symptômes, surtout s’il vient de manger des sushis.

Les sushis ne sont donc pas aussi bons pour la santé que nous le croyons. Et ce ci a été corroboré par de nombreuses études. D’après une étude, les personnes qui consomment des sushis régulièrement ont plus de risque d’avoir des maladies cardiovasculaires. Une autre recherche scientifique a démontré que manger beaucoup de sushis, nous expose à des taux élevés de mercure, qui peut impacter le système nerveux et réduire les fonctions cognitives.

Comment prévenir l’anisakiase ?
Normalement, l’anisakis peut vivre dans le corps humain pendant des semaines, mais va mourir avant de devenir adulte. Mais avant cela, il produit une masse enflammée dans l’œsophage, l’estomac et les intestins.

Le traitement n’est pas toujours nécessaire en cas d’infection parasitaire, mais il est important d’enlever le parasite pour soulager les symptômes.

Pour prévenir l’anisakiase et réduire les risques de cette infection, il est préférable d’éviter la consommation de poissons crus. Il est aussi conseillé de congeler les poissons. En effet, placer les poissons à -20°C pendant 72 heures au minimum, peut éliminer les parasites.
Normalement, les chefs cuisiniers de spécialité japonaise peuvent détecter l’anisakis dans le poisson, parce qu’il est visible. Il a aussi été reporté par certaines personnes qu’elles ressentent une sensation de fourmillement dans la bouche après l’ingestion de poisson cru. Il s’agit bien du parasite qui bouge dans la bouche et dans la gorge. Dans des cas pareils, il est possible de tousser pour l’éliminer ou de vomir.

Source ; santeplusmag.com

Vous en dites quoi?

commentaires

loading...