Quelles sont les actions permises durant le Ramadan et celles qui sont détestables ?

443

Nous sommes dans la dernière ligne droite, le mois sacré de Ramadan approche à grands pas, dans quelques jours, Si Allah nous l’accorde, nous célébrerons ce mois béni d’entre tous ;

Nous l’avons évoqué précédemment, le Ramadan se prépare bien avant son arrivée et il ne s’agit pas seulement de mets succulents.
Comment être prêt spirituellement et physiquement pour accueillir ce mois béni ?

Il convient, avant toute chose, de pardonner aux personnes avec lesquelles nous nous sommes brouillés durant l’année. Comment appréhender ce mois si nous avons de la rancune ou de la haine envers nos semblables ?
Renouer les liens de parenté et de fraternité semble un bon départ pour aborder ce mois avec sérénité.
Cha’ban est une période de préparation au mois de Ramadan, aussi il convient d’y accomplir toutes les œuvres que l’on accomplit habituellement pendant Ramadan. Lire le Coran durant Cha’ban facilitera sa lecture pour le Ramadan.
La meilleure façon de procéder est encore de planifier son programme à l’avance, prières, dhikr, lecture du Coran, … autant d’activités qui font partie de nos obligations de croyant.

Sheikh Mohammad Mitwallî Ash-Sha`râwî , le plus célèbre exégète du Coran du XXème siècle, a énuméré les actions qui sont permises durant le Ramadan et celles qui sont détestables.

Les choses que l’on recommande de faire pendant le jeûne de Ramadan sont :

Le suhûr, plus il est retardé mieux c’est.
Faire l’économie des paroles inutiles.
Multiplier les aumônes et la bienfaisance et notamment envers les proches.
Hâter la rupture du jeûne après le coucher du soleil et avant la prière d’al-maghrib.
Dire la prière (du`â’) hérité du Prophète :
« Allâhumma laka sumt, wa `alâ rizqika aftart, wa `alayka tawakkalt, wa bika âmant, dhahaba adh-dhama’u wa batallat il-`urûqu wa thabuta al-ajru bi’idhnillâh. ighfir lî yâ rabb al-`âlamîn. al-hamdulillâh illadhî a`ânanî fasumt wa razaqanî fa’aftart » (traduction : “Dieu, pour toi j’ai jeûné, et avec la subsistance que tu m’as donnée, j’ai rompu mon jeûne. Sur Toi je compte et en Toi je crois. La soif s’est étanchée et les veines se sont humidifiées et la rétribution s’est établie par la volonté d’Allâh. Pardonne-moi Seigneur des Univers. Louange à Allâh qui m’a donné la force de jeûner et m’a donné de quoi rompre mon jeûne”.)

Al-i`tikâf (la retraite) les dix derniers jours de Ramadan ne serait-ce que moins d’une heure à la mosquée ou bien accomplir les prières d’al-fajr et d’al-`ishâ’ à la mosquée ou encore la prière des tarâwîh.
Parmi les choses détestables (à éviter) pendant le jeûne (makrûhât as-siyâm) :

Le baiser et tout préambule de l’acte sexuel tels que les accolades, les caresses et le regard, si tant est que cela excite l’individu.
Les échanges d’insultes, d’injures et de sobriquets.
Le rinçage de la bouche et du nez sans raison.
Ce qui ne cause pas la rupture du jeûne :
Tout ce qui atteint l’appareil digestif par une voie non originelle comme le fait de mettre du kohl dans l’oeil, de toucher l’oeil ou d’y mettre du collyre ou d’en mettre dans les oreilles.
L’usage des suppositoires ou des pommades pour les hémorroïdes, l’application d’huile et de héné sur les cheveux – même si leur goût se ressent dans la bouche car il y est arrivé par l’intermédiaire des pores et non par la voie originelle (la bouche).

On narre d’après `Â’ishah – qu’Allâh l’agrée – que :

Le Prophète (Salla Allah alayhi wa salam) a mis du kohl pendant le Ramadan alors qu’il jeûnait. De même, le vomissement involontaire ne rompt pas le jeûne car la personne n’a pas fait exprès. Mais, si au contraire la personne se fait vomir volontairement, alors son jeûne est rompu. A ce sujet Abû Hurayrah (radi allahu anhu) narre que le Prophète (Salla Allah alayhi wa salam) – a dit : “Celui qui vomit malgré lui ne doit aucune compensation et que celui qui vomit volontairement refasse son jeûne”.

Source : alnas.fr

Vous en dites quoi?

commentaires