Deux touristes Scandinaves sauvagement assassinées au pied du Mont Toubkal

234

Elles sont venues au Maroc pour y passer leurs vacances, elles voulaient escalader le Mont Toubkal au sud du Maroc. Un défi pour ces deux jeunes filles de 24 et 28 ans, qui espéraient dompter ce mont haut de 4 167 mètres et située à 63 km au sud de Marrakech, dans la province d’Al Haouz.

Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans et son amie norvégienne, Maren Ueland, 28 ans, ont campé près du site de Chamharouche, à proximité du village d’Imlil. Ce site, à environ 2300 m d’altitude, est une des étapes sur la route vers le refuge du Toubkal.
C’était le 16 décembre dernier, elles se sont installées dans le camp pour y passer la nuit sans savoir qu’au petit matin, elles ne seraient plus.
Les deux randonneuses ont été sauvagement assassinées durant la nuit. Leurs deux corps sans vie ont été trouvés lundi, selon les informations obtenues par l’AFP.

Le premier communiqué des autorités marocaines précise que les corps portaient des « traces de violence à l’arme blanche » au niveau du cou.
En réalité, l’une des jeunes filles a été décapitée et l’autre égorgée. Et selon toute vraisemblance, leur mise à mort aurait été filmée.
Une vidéo du meurtre de l’une d’entre elles a été diffusée sur internet par les présumés assassins, plusieurs internautes ont témoigné avoir visionné la scène d’horreur. La vidéo est actuellement en cours d’authentification par les autorités marocaines.

Le lendemain des faits, la police annonce avoir procédé à l’arrestation d’un suspect dans la ville proche de Marrakech, la capitale touristique du royaume.
Le village d’Imlil proche de l’endroit où ont été retrouvées les deux Scandinaves est sous le choc. Les villageois et les montagnards de la région qui vivent essentiellement du tourisme vert et de l’agriculture sont inquiets pour leur avenir.

Un restaurateur local a raconté à l’AFP avoir rencontré les deux jeunes filles :

Elles étaient souriantes et énergiques. Elles m’ont dit qu’elles comptaient escalader le Toubkal. Il affirme leur avoir “proposé de les mettre en contact avec un guide mais elles ont décliné”.

Pour Mohamed, le patron d’une auberge familiale sur la route qui conduit au village, il est impossible que les assassins soient originaires de la région.

Notre région est sûre, ceux qui ont fait ça ne sont pas d’ici, jure-t-il.

Selon un autre témoin qui s’est rendu sur les lieux « avant les gendarmes », les corps auraient été trouvés « l’un à l’intérieur de la tente, l’autre à l’extérieur, décapité ».
Les Marocains indignés par le sort réservé aux deux jeunes femmes ont diffusé un message, largement partagé, sur Facebook où ils s’excusent pour cette tragédie et espèrent que les meurtriers seront vite arrêtés.
Le premier suspect arrêté par la police marocaine aurait :

“des liens avec le milieu islamiste radical”. il “appartient à un groupe extrémiste”, selon un communiqué du procureur général du roi près la Cour d’appel de Rabat.

Trois autres suspects ont également été arrêtés à Marrakech, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier. L’un des trois a un « passé judiciaire lié à des actes terroristes » ont déclaré les autorités marocaines.

Source :https://www.alnas.fr

Vous en dites quoi?

commentaires