Inde : De jeunes musulmans aident un hindou d’une manière incroyable

150

En juin 2017, Amnesty International tirait la sonnette d’alarme contre les exactions commises contre la minorité musulmane d’Inde.

Les crimes de haine systématiques commis, visiblement en toute impunité, contre des musulmans – dont un grand nombre dans les états où le Parti du peuple indien est au pouvoir – sont extrêmement inquiétants

Avait alors dénoncé Aakar Patel, le directeur exécutif d’Amnesty International Inde.

Un contexte tendu qui n’a pourtant pas empêché des indiens de confession musulmane de tendre la main à leurs voisins hindous.
Selon GulfNews, le 16 juin dernier, une hindoue de 52 ans a succombé à une crise cardiaque et comme c’est la tradition, sa famille s’est chargée de la dépouille. Son frère Krishna a demandé l’aide de la famille pour pouvoir enterrer sa sœur, celle-ci n’étant pas mariée. Malheureusement personne ne lui a apporté l’aide souhaitée.

“Jusqu’au samedi après-midi, la dépouille était restée à la maison de Krishna puisque personne n’est venu l’aider. C’est alors que Shaukath, Hamza, Nazeer, Riyaz et Farooq ont commencé à collecter des fonds et l’ont aidé à incinérer le corps”, à rapporté GulfNews

L’histoire a été partagée sur les réseaux sociaux et donnée lieu à de nombreuses réactions, dont celle de cet internaute :

La fraternité existe encore dans notre société et en voici un exemple. Autant les politiciens essaient de nous diviser, mais, par le cœur, on reste unis parce que nous sommes des êtres humains et non des politiciens avides qui font la distinction au nom de la religion uniquement pour leur fauteuil, leur pouvoir et une vie luxueuse. Les gens doivent comprendre que, si une émeute éclate, qui souffre ? Seulement des gens ordinaires et non les politiciens

Un succès qui n’a toutefois perturbé nos jeunes musulmans qui n’ont vu dans leur geste qu’une manière de venir en aide à un voisin endeuillé.

Nous n’avons pas fait ça pour la publicité. Nous sommes venus pour aider, sans tenir compte de l’ethnie ou de la religion de la défunte. Nous voulions envoyer un message que les morts ne devraient pas être privés des derniers rites », ont-ils déclaré au Times Of India.

Source : https://www.alnas.fr/

Vous en dites quoi?

commentaires